Pierrot la lune et les homos. Entretien sur l'homosexualité avec Pierre Gripari.



Krisis 17: Sexualité ?





Parmi la somme des témoignages recueillis, sous la direction d'Anne Martin-Conrad, par les Amis de Pierre Gripari depuis sa mort en 1990, on retrouve l'entretien que l'écrivain avait accordé quelques années avant sa mort.



Pierre Gripari, Editions L'Âge d'Homme 2001, rassemble des souvenirs, des réflexions, des entretiens, des études, des illustrations inédites sur l'homme et son œuvre. Ce dossier de 400 pages contient également une bibliographie exhaustive, une biographie, des lettres, des projets, des inédits, des dessins, des photographies.



Cet entretien inédit sur l'homosexualité avec Pierre Gripari avait été publié dans le numéro 17 sur la sexualité.



Voici quelques-unes des questions qui lui avaient été posées et pour lesquelles nous vous proposerons de lire ou relire les réponses apportées par Pierre Gripari.


L'intégralité de cet entretien se trouve pages 126-132 de Sexualité ? Dans la suite de l'entretien, Pierre Gripari aborde également la notion de "marketing" gay mais aussi la question de la répression de la préférence sexuelle dans l'Histoire et le rôle qu'ont pu jouer les religions dans la persistance des attitudes hostiles à l'homosexualité ou au contraire dans l'attribution de fonctions spéciales à ceux qui échappent aux rôles sexuels classiques.



Après avoir été communiste, vous vous affichez aujourd’hui comme un écrivain de droite. Par ailleurs vous n’avez jamais fait mystère de votre homosexualité. A droite, l’homosexualité reste cependant un sujet dont on ne discute guère, et qui dans les milieux traditionnels reste tabou. Des attitudes analogues se rencontrent aussi à gauche, malgré une tendance « libérale » habituellement plus marquée en matière de mœurs. Au lendemain de mai 68, les milieux gays qui militaient contre la répression anti-homosexuelle se situaient généralement à gauche et associaient leur lutte à la défense des « minorités opprimées ». Pensez-vous qu’il existe un lien entre préférence sexuelle et affinités politiques ?


Une idée communément admise veut que l’homosexualité ait été communément mieux acceptée par les Anciens que par les Modernes. Les travaux de Michel Foucault, pour ne citer que lui, ont montré cependant que cette affirmation d’une plus grande tolérance des homosexuels dans l’Antiquité est à prendre avec beaucoup de précautions. De son côté Bernard Sergent a bien mis en lumière la différence entre l’homosexualité au sens courant du terme, c’est –à-dire la relation sexuelle entre adultes du même sexe, et la pédérastie initiatique à laquelle correspondait en Grèce, dans le contexte d’une sorte de rite de passage, la relation entre l’éromène et l’éraste. Qu’en pensez-vous ?


Est-ce qu’on ne reste pas dans l’équivoque si l’on parle d’homosexualité au singulier au lieu de parler d’homosexualités au pluriel ? Est-ce la même chose d’être indifférent aux femmes et de rêver d’en être une ? L’homosexualité féminine semble également constituer une entité à part. Chez les femmes, la frontière séparant la préférence homosexuelle de la préférence hétérosexuelle paraît moins exclusive, moins systématique. L’attrait pour le sado-masochisme est bien partagé entre les sexes ; en revanche la pédérastie est apparemment presque inexistante chez les lesbiennes. Par ailleurs, la bisexualité est beaucoup plus répandue chez les femmes que chez les hommes.


Pour expliquer le fait qu’un homme ou une femme devienne homosexuel(le), on a depuis longtemps proposé plusieurs schémas explicatifs. Les uns en tiennent pour une explication « génétique » fondée sur un certain nombre de travaux expérimentaux. D’autres allèguent une influence parentale, qui serait tantôt celle du père, tantôt celle de la mère. D’autres encore mettent l’accent sur une ambivalence sexuelle constitutive de chacun, qui s’orienterait dans un sens ou un autre en fonction des expériences et des aléas du vécu personnel. Laquelle de ces explications vous parait la plus convaincante ?



Après la période militant des années soixante qui a permis aux homosexuels d’obtenir une meilleure reconnaissance sociale, on a assisté à l’émergence d’une « culture gay » qui a pris les formes les plus diverses : apparition d’une véritable presse homosexuelle, ouverture de bars et de lieux de rencontre spécialisés, vogue du culturisme, diffusion d’une certaine image du corps, etc. Paradoxalement, l’une des caractéristiques de cette culture a été la revendication d’une certaine marginalité. On a eu l’impression que les homosexuels, d’un côté voulaient échapper à tout regard réprobateur susceptible de les tenir à l’écart ou de favoriser la répression, mais de l’autre côté tenaient à préserver un milieu spécifique protégé par des frontières assez nettes. Qu’en pensez-vous ?




Pour lire les pages du livre  Pierre Gripari Anne Martin-Conrad - 2001 - qui reprennent cet entretien avec Krisis, cliquer sur cette photo







RDV sur le site Krisis Diffusion,  Eléments ou Alain de Benoist pour commander  ce 
numéro 17 et lire la suite de cet entretien ou les autres textes :  













Philippe Forget, Le sexe déplié ou la chair déchue
Face à face : Comportements sexuels et peines de sexe, avec Gilbert Tordjman et Gérard Zwang
Ethologie de la sexualité, entretien avec Boris Cyrulnik
Poésie : C. A. L. Y. P. S. O., Paul Valéry
Où en est le mouvement des femmes ? Entretien avec Gisèle Halimi
Yves Christen, Différenciation sexuelle et stratégies mentales
Document : Défense des femmes, Henry Louis Mencken
Un nouvel ordre amoureux ? Entretien avec Pascal Bruckner
Face à face : Pornographes ou censeurs ? Avec Christine Boutin et Jean-Jacques Pauvert
« L’érotisme est une chose sérieuse », entretien avec Alain Bernardin
Pierrot la lune et les homos, entretien avec Pierre Gripari
Sado-maso, entretien avec Christine D
Patrick Tacussel, Mythocritique de l’amour
Le texte : Les lois de l’attraction sexuelle, Otto Weininger

Disponible au prix de 12,00 €











Découvrez toute notre collection Krisis

Fais de port toutes Destination: 3,90 euros
Offerts dès 40 euros de commande : Profitez-en !